Robe à bretelles RAMONA

J’avais littéralement craqué sur le patron RAMONA de La Maison Victor de l’année dernière, mais je n’avais pas eu le temps de la coudre pendant l’été et pas forcément trouvé le tissu adéquat. En règle générale j’adore les dos nus et encore plus les robes à bretelles.

Ca me rappelle une que j’avais eu en primaire, bleu marine avec des petites fleurs blanches que ma tante m’avait offerte et dont j’étais trop fière. Sauf qu’une petite peste camarade m’avait arraché les bretelles me retrouvant à poil. Je l’ai détesté tout le reste de ma scolarité cette Myriam! J’espère que les boutons tiendront bien aujourd’hui!

Le tissu en coton vient des Coupons de Saint Pierre, en bas avec des fines rayures et le buste avec des rayures un peu plus larges. J’aime bien mélanger les motifs dans une robe ça ajoute un peu de caractère.

Les boutons sont vintage toujours de mon stock (oui oui j’ai une vraie mercerie chez moi).

J’ai aussi orné le bord des bretelles avec un passepoil turquoise.

Sinon certes je l’adore et elle fait beaucoup d’effet mais le patron taille très mal, très grand et j’ai du reprendre 7 cm dans le dos étant assez cambrée, les bretelles sont trop longues et le buste trop large devant mais ça je n’ai pas eu le courage de tout découdre.

LES +

  • Très féminine
  • On peut jouer avec différentes couleurs de tissu 

LES –

  • Taille beaucoup trop grande
  • Demande beaucoup de retouches, je vous conseille de tout bâtir avant pour ne pas avoir à découdre car ce n’est pas facile d’ajuster ce genre de dos nu sur soi
  • Explications pas très claires, on dirait que c’est mal traduit
  • Assez longue à coudre 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En voiture Simone – la robe rétro parfaite

Quand tu te tapes le délire d’incarner jusqu’au bout le nom de ta robe. La première fois que je l’ai portée le 15 août, j’ai déjeuné chez mon oncle et ma tante et la voiture trônait là, c’était trop tentant de poser avec pour cette jolie SIMONE de Louis Antoinette Paris.

Mis à part ça ce patron me faisait de l’oeil depuis sa sortie et j’ai fini par craquer et je ne regrette pas. Je suis archi fan de sa coupe rétro et intemporelle et ses détails sur le côté.  Je me suis d’ailleurs amusée à positionner les rayures dans l’autre sens.

Le tissu vient de chez Cousette, il est assez transparent, je la porte donc avec un fond de robe.

Pour les petits détails j’ai ajouté tout le long de la patte de boutonnage un galon de broderie anglaise que j’avais chiné. Pour une fois que je pense à utiliser mon stock de dentelles pour mes créations et je trouve que ça apporte le petit twist qui change tout. J’ai cousu des boutons en tissu chiné bleu afin qu’ils ressortent bien.

LES +

  • facile à coudre, explications du livret claires
  • intemporelle et chic
  • confortable
  • réalisable dans tout type de tissus plus ou moins fluide. 
  • A Coudre en version courte ou même très longue

LES –

  • Des finitions un peu longues à coudre mais rien d’insurmontable, c’est ce qui fait son chic
  • Elle taille vraiment grand. Je l’ai taillé en 36 (je fais du 38) et il faut vraiment que je la porte ceinturée pour ne pas faire trop sac.

 

 

 

 

 

 

 

Créations…Robe trapèze Lurex

IMG_1648

 

J’ai fait cette robe tout de suite en rentrant de chez sacré coupons, c’est ce que j’appelle de la couture efficace contrairement à certains tissus qui trônent sur mes étagères depuis 2 ans…

Les deux côtés du tissu étant jolis, j’ai fait les manches sur l’envers et le plastron d’encolure également.

Pour les petits détails couture j’ai fait des fleurs en origami et une double surpiqûre pour les bords d’ourlet et de manche afin de donner un peu de relief.

C’est le genre de coupe années 60 qui reste toujours élégante, féminine et confortable et rapide à confectionner.

 

Un petit cours de comment faire l’origami en tissu en bas de l’article.

IMG_1654IMG_1658

IMG_1646

 

DIY….Robe 40′

draguignan 185

 

Cette robe c’est tout une histoire, ça vous arrive de laisser les choses en plan?

et bien cela faisait 2 ans que j’avais taillé le tissu et qu’il était resté dans mon Burda. Heureusement que je n’ai pas pris 10kg non plus.

Bref la voilà avec son style années 40′, les petites manches à volants, les boutons de nacre pour la fermer et la taille froncée. Le tissu avec de petits perroquets lui donne un côté décalé (sacré coupon).

J’ai fait la ceinture en cousant un ruban gros grain marine sur un velours vert et j’avais cette boucle chinée dans mes trésors qui s’est trouvée être parfaitement assortie.

Ca sert toujours les trouvailles de brocante.

 

c’est un carré Hermès, mon premier que je porte sur la tête, je vous prépare pour bientôt les 10 façons de nouer son carré pour ne pas avoir l’air mémère…

draguignan 180

draguignan 187

collier acheté à Berlin au feu le Tacheles, bracelets indiens et en corne

draguignan 188