Serviteur muet personnalisé

 

Un petit Avant/Après d’un objet que l’on appelle Serviteur muet. Un bien joli nom pour un plat de service à petits gâteaux.

ps: la recette du gâteau pris en photo c’est pour mercredi 😉

Voici à quoi il ressemblait quand je l’ai acheté et le voilà maintenant.

Je l’ai chiné dans une brocante en province après en avoir cherché désespérément car c’est une denrée assez rare. Je me suis inspirée de motifs art déco pour dessiner les assiettes.

Après avoir été recouvert de peinture blanche pour porcelaine (celle qui ne nécessite pas de cuisson, mais bien 4couches pour recouvrir les motifs) je l’ai décoré au pinceau avec cette même peinture et au stylo à porcelaine (bien plus pratique pour faire des traits nets. Il en existe de plusieurs largeurs).

J’ai également changé la tige, je l’ai intervertie avec celle d’un autre serviteur muet que j’ai chiné par la suite mais je vais utiliser de belles assiettes anciennes à la base.

 

Pour les parisiens, vous pourrez trouver une large gamme de peintures pour porcelaine et autres supports au BHV.

Trouvailles n°16…des dentelles et des nappes

Une bande guipure qui servira pour un bas de jupe ou des manches

Le weekend à la campagne a été fructueux, tout un tas de dentelles, des nappes anciennes, deux chemisiers et des idées plein la tête pour réaliser de très belles choses. en voici un petit aperçu.

un morceau de corsage brodé

Une nappe très ethnique

Un parement de col, une application et un joli noeud

Bibliothèque de récup façon légo

Voici la bibliothèque de mes rêves. Enfin la vrai c’est celle de Roche Bobois éco conçue la LEGEND . Je voulais et j’ai cherché une bibliothèque qui ne soit pas de vulgaires étagères mais plutôt asymétrique, en bois, qui ne dépasse pas 90cm de large  et qui me serve à la fois à ranger mes livres mais aussi à faire une petite séparation avec mon côté chambre.

J’avais vu il y a quelques années à Lille une console fabriquée avec des caisses à pomme et j’avais adoré l’idée. A tel point qu’elle est restée dans un coin de ma tête pendant tout ce temps et en dépits de mes recherches pour en trouver une neuve, j’ai fini par la fabriquer moi même.

Comment ça c’est fait??

Ce que je trouvais était soit trop cher, soit trop moche, soit trop grand enfin de quoi me résigner à ne pas pouvoir ranger mes livres. Et par le plus pur des hasards, qu’est ce que j’ai trouvé lors d’une balade shopping à Tours? Tout un tas de caisses à pommes à 5€!! Autant vous dire que je n’ai pas hésité deux secondes, j’ai rapidement calculé le nombre qu’il me fallait et hop on a chargé le coffre du Scénic direction Paris. Hahah, merci le Scénic des parents, je peux vous dire qu’il revient toujours plein de la campagne.

Ensuite côté pratique, je ne voulais pas qu’elle soit à même le sol, donc re-galère pour trouver des pieds, ceux du commerce étaient trop moches, des roulettes auraient pu être sympa mais ce n’est pas le style que je voulais (des pieds métalliques travaillés style baroque en réalité), j’ai écumé les vides greniers, Emmaus et rien du tout. Puis une virée inopinée dans l’atelier de mon grand-père et je suis tombée sur des pieds de table sculptés tout à fait à mon goût et hop direction Paris. Merci papi chéri 😉

Je conçois que ce ne soit pas du goût de tout le monde et autant vous dire que ma grand mère a trouvé cela plutôt farfelu, ça lui a rappelé mon oncle qui se construisait la sienne avec des briques et des planches…

Bon il y a quand même eu quelques étapes avant de ressembler à cela:

– gros nettoyage au Karcher

– ponçage

– Mise en teinte pour bois brut (Libéron, effect bois vieilli)

– Cire effet blanchi (Libéron)

– mise en teinte de nouveau car c’était trop blanc

– Cire effet doré (Libéron)

– et enfin une cire d’abeille  incolore pour unifier le tout

-la taille des pieds de table

– un cadre en métal pour le socle fabriqué par mon cousin

– et hop assemblage du tout et mise en rayon des ouvrages